RÉGÉNERONS NOTRE IMMUNITÉ

Nous ne vivons pas dans un milieu aseptisé. Les micro-organismes, tels que les bactéries et virus sont bien présents, même s’ils ne sont pas visibles. Ainsi, pour combattre les agresseurs et la maladie, notre organisme est capable de se défendre grâce à  notre système immunitaire. Nous observons une complémentarité entre […]

Nous ne vivons pas dans un milieu aseptisé.

Les micro-organismes, tels que les bactéries et virus sont bien présents, même s’ils ne sont pas visibles.

Ainsi, pour combattre les agresseurs et la maladie, notre organisme est capable de se défendre grâce à  notre système immunitaire.

Nous observons une complémentarité entre l’immunité innée, présente dès notre naissance et l’immunité acquise, se développant quant à elle, comme une carte mémoire,  au contact des agents pathogènes.

Différents organes et tissus font partie des mécanismes de défense comme la moëlle osseuse, le thymus, la rate, les ganglions lymphatiques, mais aussi les organes barrière comme la peau, les muqueuses et le microbiote (organe caché communément appelé flore intestinale).

70% des cellules immunitaires sont nichées dans l’intestin. La qualité de notre microbiote dépendra  des apports nutritionnels réguliers associant des probiotiques (aliments fermentés comme le yaourt, la choucroute crue ou la boisson: le kéfir aux fruits…) et des prébiotiques (fibres alimentaires que nous trouvons dans le règne végétal, tels que les fruits et légumes, les légumineuses, céréales complètes…) qui serviront de nourriture pour le bon fonctionnement du microbiote.

La diversité des aliments  favorise la richesse bactérienne au profit de notre santé avec une priorité qualitative (cuisiner maison pour mieux connaître l’origine des aliments, respecter la saisonnalité et la proximité des lieux de récolte). Même sous le label biologique, vérifiez l’origine du produit, les normes de labellisation ne sont pas équivalentes d’un pays à un autre.

Les excès de gras «animal» et de sucres transformés sont les ennemis du microbiote.

L’immunité se prépare au long cours. Il est vain de vouloir la stimuler de manière brutale.

Mais il est possible de modifier certaines conduites favorisant une déficience immunitaire comme:

  • Le tabagisme et l’excès de consommation d’alcool
  • L’activité physique excessive et ponctuelle induit dans nos cellules, un stress oxydatif (provoquant un vieillissement prématuré)
  • La sédentarité conjuguée à une alimentation déséquilibrée augmente les risques de maladies chroniques (obésité, diabète…). Des études scientifiques prouvent que certaines souches bactériennes de notre microbiote influencent la survenue de ces pathologies.
  • Le manque de sommeil, la fatigue, le stress chronique épuisent physiquement et mentalement altérant nos fonctions métaboliques
  • La colère, l’anxiété génèrent dans notre cerveau émotionnel (l’intestin) une dysbiose (perturbation de notre microbiote)
  • L’exposition aux polluants atmosphériques et éléments toxiques (pesticides, perturbateurs endocriniens, métaux lourds, nanoparticules…) modifie la régénération cellulaire.

 Il est important de poursuivre des traitements médicamenteux comme les immunosuppresseurs et la chimiothérapie même si leur fonction est d’endormir notre système immunitaire.

 

Si augmenter ses défenses immunitaires passe  par un changement d’habitude alimentaire, revoir son hygiène de vie optimisera les résultats bénéfiques.

Pour cela, la recommandation est de prendre soin de soi en mettant en place différentes disciplines comme :

  • des exercices de respiration, la méditation, l’introspection qui génèreront un calme mental et cultiveront une paix intérieure. Ainsi les ruminations avant l’endormissement s’estomperont, améliorant la qualité du sommeil. C’est pendant la phase du sommeil profond que le corps s’immunise (phase de régénérescence).
  • le yoga, la méthode Pilates et Qi Gong participent à leur tour au relâchement des tensions, favorisant le bien être.
  • la marche en pleine conscience au grand air est un précieux allié pour le corps et l’esprit.
  • le rire, l’humour ( antidotes au stress)
  • la création manuelle stimule nos sens et développent des talents cachés améliorant notre estime de soi
  • l’attitude bienveillante envers soi et autrui, l’empathie, l’esprit d’entraide, sont des éléments essentiels à notre épanouissement personnel.

 

Le dicton anglais «une pomme chaque jour éloigne le médecin» reste universel car une récente étude a prouvé l’activité bienfaitrice des polyphénols (molécules antioxydantes) de la pomme sur notre flore intestinale. Les chercheurs affirment que consommer deux pommes par jour modifierait la composition des bactéries (sous le doux nom de granulicatella) de notre microbiote.

Dommage c’est la saison des cerises….

 

Nous utilisons des cookies, y compris des cookies tiers, à des fins de fonctionnement, d’analyses statistiques, de personnalisation de votre expérience, afin de vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et analyser la performance de nos campagnes publicitaires En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer