Rencontre avec Franck Soissons, Instructeur de Qi Gong

Franck, Instructeur de Qi Gong, rencontre chaque semaine les curistes de nos établissements afin de leur enseigner cette discipline chinoise. Nous avons voulu en savoir plus sur cette activité venant en complément de la cure thermale.

RENCONTRE AVEC FRANCK SOISSONS, INSTRUCTEUR DE QI GONG

Franck - Instructeur Qi Gong Thermes AdourCHAQUE VENDREDI, FRANCK ENSEIGNE À NOS CURISTES LA PRATIQUE DU QI GONG ET EXPLIQUE SES BIENFAITS.

Nous l’avons rencontré afin d’en savoir plus sur cette activité venant en complément de la cure thermale…

 

Pouvez-vous nous décrire votre métier ?
« Je suis instructeur de Qi Gong. Cela fait un peu plus de 35 ans que je pratique cette discipline. J’ai commencé par les arts martiaux classiques : le Judo, le Kung-fu, le Viet Vo Dao (Kung-fu Vietnamien) puis dans toutes ces disciplines j’avais en parallèle ce qu’on appelle des techniques internes. Les techniques internes sont donc le Qi Gong et le Tai Chi, qui nous permettent une meilleure circulation de l’énergie. L’avantage du Qi Gong est que c’est une discipline qui n’a aucune limite, toute personne peut la pratiquer. En réalité le Qi Gong correspond à des mouvements que l’on va faire lentement et chacun fera ses mouvements en tenant compte de ses propres capacités. J’interviens en tant qu’instructeur pour expliquer le mouvement, dire à quoi il sert, quelle énergie va circuler grâce à lui, pour quoi on fait tel mouvement et pas un autre… »

 

De quelle activité vous occupez-vous ?
« J’enseigne le Qi Gong aux curistes tous les vendredis après-midi, aux Thermes de Dax et de Saint-Paul-Lès-Dax. »

 

Pouvez-vous nous décrire une séance type de Qi Gong ?
« Un cours type est basé sur 3 volets. Le premier volet est un échauffement articulaire afin d’être sûr que l’énergie circule dans toutes les articulations. Cet échauffement permet de ne pas avoir de blocages articulaires lors des exercices. Ensuite on va travailler sur des exercices d’équilibre. On se rend compte qu’avec l’âge, l’équilibre est un peu plus difficile qu’avant.  Ces exercices permettent de travailler à pallier à ces petits déséquilibres. Puis, on va faire des exercices respiratoires car il faut que la respiration puisse suivre les mouvements même s’ils sont faits lentement. C’est une chose très importante d’harmoniser la respiration avec le mouvement car si on arrive à assembler les deux, l’énergie va mieux circuler et ce sera forcément plus bénéfique pour le corps.
On fait également, de temps en temps, des exercices de coordination pour travailler sur la motricité, sur ce qu’on appelle le lâcher prise. Grâce aux exercices de coordination on va arriver au lâcher prise, pour cela on envoie au cerveau des informations, qui lui permettent de prendre conscience du corps : sur le bras droit, le bras gauche, la main droite, la main gauche, lever une jambe, descendre une jambe… Ces informations poussent le cerveau au lâcher prise et c’est le corps qui prend le relais et qui travaille. L’énergie pourra circuler plus facilement si le cerveau ne fait pas de blocage.
Lors de mes séances aux Thermes j’adapte un petit peu les mouvements afin qu’ils ne soient pas trop compliqués, pour qu’ils soient en symbiose les uns avec les autres et pour que ce ne soient pas des exercices trop long. Le but est que les curistes puissent les faire assez facilement et qu’au fur et à mesure ils acquièrent les bases et puissent avancer sur autre chose. »

 

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ?
« Ce qui me plait dans cette approche, dans ce métier c’est le fait de savoir qu’il y a toujours une solution. On peut toujours continuer à avancer, on peut toujours aider et le principe est là : c’est d’aider et non être dans l’assistanat. Je donne des outils, les clés de telle sorte à ce que les personnes puissent se les approprier et les aménager comme elles en ont envie, qu’elles puissent continuer à avancer. Le but est le partage et c’est ce qui me plait. »

 

Quel est votre parcours professionnel ?
« J’ai un parcours atypique. J’étais instructeur sur hélicoptères. Je suis arrivé à l’instruction du Qi Gong par passion, je pratiquais par plaisir le Judo, le Kung-fu, le Viet Vo Dao, le Tai-chi et le Qi Gong. Le Qi Gong étant lié à la médecine traditionnelle chinoise, on rentre dans l’analyse des mouvements… alors au fur et à mesure je me suis lancé dans la médecine traditionnelle chinoise. J’ai passé des examens de médecine chinoise pour être également en corrélation avec ce que je faisais au niveau du Qi Gong. Je suis arrivé dans ce milieu par les mouvements, par le Qi Gong et le Kung-fu puis après par la médecine chinoise pour compléter ma formation. »

 

Quel conseil pouvez-vous donner à vos patients ?
« Le conseil que je donnerais est de prendre le temps de faire les exercices. Les mouvements de Qi Gong se font lentement au maximum de ses capacités alors il faut vraiment se dédier du temps pour bien les effectuer. Il n’est pas nécessaire de consacrer 1 heure tous les jours si on sait que l’on ne les tiendra pas. Il vaut mieux se consacrer 5 minutes tous les jours, ne faire qu’un seul exercice tranquillement, lentement, concentré, sans être dérangé ce qui permettra de mieux progresser et de bien faire circuler les énergies. Si on le fait le matin ce sera pour réveiller le corps, les articulations. Si on le fait le soir ce sera pour soulager les tensions de la journée. Quel que soit le moment de la journée ce sera toujours un apport bénéfique pour le corps. »

En continuant à naviguer sur le site, vous déclarez accepter l'utilisation des cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer